24 décembre 2010

Bye Bye 2010

Max RichterVoici ce temps de l’année où les médias de tout acabit nous bombardent de leur palmarès, de leur personnalité, de leur recette, de leur ci et de leur ça de l’an qui s’achève. Cet exercice hautement scientifique sert surtout à faire le point sur l’année qui s’est écoulée et à tourner la page en espérant que 2011 sera, sur le plan musical, aussi foisonnante que 2010. Alors, voilà donc, Poutine de minuit, ce tant attendu palmarès. Les résultats de cette enquête statistique sont rendus possibles grâce au compteur de iTunes.


Albums coups de cœur :
 1- Max RichterInfra
 2- KylesaSpiral Shadow
 3- SwansMy Father Will Guide Me Up A Rope To The Sky
 4- CaribouSwim
 5- Titus AndronicusThe Monitor
 6- As I Lay DyingThe Powerless Rise
 7- Emeralds  – Does it look like I’m new here?
 8- Mount KimbieCrooks & Lovers
 9- Le KrakenExalt
10- Gaslight AnthemAmerican Slang
Coup de gueule :
L’enflure médiatique de critiques élogieuses envers My Beautiful Dark Twisted Fantasy de Kanye West. On se calme. il n’est pas la réincarnation musicale de Jésus Christ.

Concerts coups de cœur :
1- John Zorn et le marathon Masada le 1er juillet au Festival de Jazz.
2- Radian à Suoni Per Il Popolo le 9 juin à la Sala.
3- Health à Suoni Per Il Popolo le 18 juin à la Sala.
4- Caribou, deux fois plutôt qu’une, le 5 mai à La Tulipe et le 16 septembre au National.
5- Jon Hopkins à MUTEK le 3 juin au Métropolis.
6- Jello Biafra & The Guantanamo School of Medecine le 2 avril
au Studio Juste-Pour-Rire.
7- The Books le 23 octobre au Cabaret Mile-End.
8- GrinderMan le 12 novembre au Métropolis.
9- Oï Polloï le 15 janvier aux Katacombes.
10- Matmos à MUTEK le 2 juin au Monument National
Coup de gueule :
Superchunk au National le 23 septembre. Malgré un retour remarqué sur disque avec Majesty Shredding, la bande de Mac McCaughan vieillit plutôt mal sur scène.

Et toi, fidèle lectorat, quels sont tes coups de cœur et tes coups de gueule de 2010?

Photographie de Max Richter tirée de sa page MySpace.

28 septembre 2010

Pop MTL: An interview with Liars


Liars, a three-piece act from New York, is known for "retaining a consistent interest in rhythm and sound texture". In preparation for their upcoming concert at Pop Montréal, Midnight Poutine spoke with Aarron Hemphill (percussion, guitar, synth) about their latest album Sisterworld, life on the road, social media, and, of course, poutine.
Midnight Poutine: This is your first show in Montreal since 2006. Is there a particular reason why we haven't seen you since then and, more importantly, when is the last time you had Poutine?

Aaron Hemphill: No reason, there isn't anywhere we would avoid intentionally. We've always had a great time in Montreal and we're happy to be coming back. I wouldn't dare eat poutine outside of Montreal. If I did I wouldn't call it poutine.

MP: Sisterworld explores the underground support systems created to deal with loss of self to society, one of those systems being social media. We all know that the world is going straight to hell; what advice do you have to save it or make it collapse faster? Do you think people spend too much time updating their Facebook pages? Would the world be a better place if we'd all leaved our computer behind for a bit and get involved?

AH: Good questions. Offering advice would seem to put me in some position of authority that I can't claim. In this same manner I can't say if people spend too much time on Facebook. I don't have an account on it, so I really don't know what it's about. It does illustrate the computer as becoming the preeminent vessel of entertainment. Like all vessels of entertainment, it can be misused as well as being dismissed too easily.

I'm not sure following an obligation to get involved is necessarily the answer. At the moment, I feel like knowledge of one's self is the key to finding out what a person is truly passionate about and leads to greater action.  For me this path is lonelier, but so it goes. I don't pretend to have anything figured out though...least of all myself.

MP: How much have you toured so far to support Sisterworld? What is the strangest thing that has happened on the road?

AH: We've toured quite a bit actually since the record's release. The strangest thing that happened to me was pointing out a sailboat to our touring guitar player on the ferry from Ireland to France that wasn't there. I was not on any drugs, nor did I have any alcohol that night. He just couldn't see it.

MP: I imagine life on the road is not always easy and long hours in the bus can get boring pretty quickly. How do you spoil yourself on tour and how to you manage to keep your sanity?

AH: I can't say it's boring really...we all appreciate getting to play music everyday. I think it's more the loss of personal routine and individual choice on everyday things, like where and when to eat etc. These decisions all become group activities and sometimes it can lead to some tedious situations, but it's a small price to pay. We have a great bunch of people with us and we all love each other so it's not so bad. I consider myself spoiled as is, I get to do what I love most.

MP: Over 5 albums, Liars have created a pretty recognizable and unique sound where groove, harsh sound textures and unusual and dark arrangements seem to blend all together. How does your songwriting process usually work?

AH: Same as it was when Angus and I first met. He and I make completed demos and share them with each other. Sometimes they are expanded on by one another, sometimes they're considered finished as is.

MP: Are your songs easy to reproduce in a live setting? Should Montreal fans expect faithful deliveries of your tracks or do you leave room for improvisation?

AH: No. Since we usually make songs individually, this means we obsess over each sound that is layered. When you make songs alone, they're created in silence. Any sound we are unable to recreate makes the song sound almost incomplete to its creator. It takes a lot of letting go, and trust that the live version is an exciting, though different entity. Do people ever expect faithful deliveries from live shows? That would be depressing.

MP: Liars are often described as an art-rock band. Do you agree with this categorization? What do you think of the music journalist's need to always classify music into genres?

AH: That's your impression, and one we can't argue with really. I think it's part of a music journalist's job to classify music. What I find more interesting is people's desire to have other people classify music for them. I think the quote "writing about music is like dancing about architecture" is one of the dumbest quotes people throw around.

I love reading about music and discussing articles etc. With people I know and who's perspectives I respect. The reader ascribes as much or as little power to these journalists as they choose. These days it's so easy to find new music on your own. I don't see it as a situation worth complaining about when music journalism is so easy to bypass.

MP: From a musical standpoint, Liars take a lot of risks. Do you guys approach other areas of your life with a similar philosophy?

AH: We wouldn't consider it taking risks from a musical standpoint. We just do what we do, it's pretty simple. We have a great support system with Mute and I don't know why we'd do it any other way.

MP: From album to album, Liars fans never know what to expect. Have you already started to think about the direction you want to take with the next record?

AH: We're always thinking about music, so yes...we have been thinking about it. I'd rather just have you listen to it when it's finished than blab about something that isn't finished yet.

Liars
Women
Black Feelings
September 30th 2010
Le National (1220, Saint-Catherine East)
$18.00 in advance and at the door

Photography by Zen Sekizawa

27 septembre 2010

Pop MTL : Dites-le en français

Le KrakenThéoriquement quand on emploie le terme « pop » pour parler d’une forme de musique, on utilise un mot emprunté à l’anglais. Bien que profondément encré dans l’usage et reconnu par le Petit Robert, pop ne serait qu’un vulgaire anglicisme. Il serait, paraît-il, convenu d’utiliser musique populaire quand on parle de pop music, son équivalent anglophone. D’autres suggestions? Donnez-moi congé, nom de Dieu! Malgré cette fausse polémique que je tente de soulever, les bonnes gens derrière la fête de musique internationale Pop Montréal, qui soit dit en passant se déroulera du 29 septembre au 3 octobre prochain, donnent sa large place à la chanson d’expression francophone. Proposition d’un parcours francophone.

Cette année, Bande à Part s’allie à Pop pour présenter le meilleur de l’émergent montréalais. Le tout débute le 29 septembre alors que Les Incendiaires et Gigi French fouleront les planches du Quai des Brumes. Doit-on rappeler que Gigi French est l’incarnation jazz manouche patraque et en français de Giselle Numba One des feus Hot Springs? Vaut mieux la féliciter pour sa nomination au prochain GAMIQ.

Le lendemain, Karkwa fait sa rentrée montréalaise pour Les chemins de verre, fier récipiendaire du prix Polaris remis la semaine dernière à Toronto. Et non, il n’y a aucune controverse, take that Brad Wheeler! L’un des groupes les plus déterminants de sa génération mérite amplement son triomphe. Gageons que la troupe de Louis-Jean Cormier saura profiter du buzz du moment et que la foule présente l’accueillera chaleureusement. À voir et entendre au Métropolis.

Toujours le 30 septembre, M pour Montréal présente au Café Campus son dernier Mini-M de la saison. Au mmmenu, Xavier Caféïne et Jésuslesfilles.

Aussi à voir le 30 au Cabaret Mile-End, The Peelies en première partie de Shonen Knife. Dans ce quatuor, le charisme des quatre jeunes et mignonnes instrumentistes comble les carences de l’exécution et la livraison des chansons.

Pesant, incisif et en français, inimaginable? Le Kraken prouvera le contraire. Intensité et profondeur nourrissent le post-metal-hardcore-punk de ce quintette montréalais. Simplement puissant! À voir le premier octobre à l’Esco avec Bon Vivant et Les Guénilles.

Si jamais ce n’était pas assez, le lendemain, samedi deux octobre, Radio Radio investit le Club Soda. À défaut d’avoir remporté le Polaris, le trio d’Arcadiens ne cesse de gagner en popularité.

Un incontournable? Le Kraken, parce que ça « varge ».

Photographie du groupe Le Kraken par Marian Rohal.

26 septembre 2010

Pop MTL : Bruit blanc, musique assourdissante et cacophonie ambiante


On appelle sport extrême toutes activités sportives dangereuses pouvant causer des blessures graves en cas d’erreur dans son exercice. Depuis l’effervescence de l’auto-proclamation des sports « extrêmes » dans les années 90, on emploie cet adjectif à toutes les sauces. Même la fameuse marque de croustilles Doritos de Frito-Lay, ainsi que le notoire Whopper de Burger King eurent droit à cette illustre qualification. C’est peu dire… Comme si la consommation de ces produits s’avérait dangereuse? Quoiqu’en consommer à l’extrême… Mais, on s’éloigne.

La musique, surtout dans ses formes les plus déchaînées, n’échappe pas à cette tendance d’étiquetage intempérant. Hardcore, grindcore, metal, industriel, noise et autres ont accolé leur étiquette à ces musiques draconiennes, exigeantes et accablantes. Vous voyez, toutes ces musiques qui font se plaindre la voisine d’en haut même si le volume du système de son est à deux le samedi après-midi? Aperçu des groupes effarants à voir du 29 septembre au 3 octobre prochain.

D’abord, le retour d’Atari Teenage Riot (2 octobre, Foufounes Électriques), enfants terribles de la musique 8-bit, s’avère l’un des incontournables de ce neuvième Pop. Précurseur du hardcore numérique, le groupe dut concilier, dans sa première incarnation, concerts violents, consommation de drogue et surdose d’un de ses membres. Politisée et engagée, la bête de scène chaotique et anarchique est réputée pour tapager en spectacle.

Débridé dans sa déconstruction des orchestrations conventionnelles, Liars (30 septembre, Le National) se distingue par son caractère abrasif. Ravivant un son moins texturé depuis son album éponyme paru en 2007, le trio revient en grand dans la métropole pour présenter Sisterworld, le fruit de ses plus récents efforts.

Dans le genre faire de la dentelle en cotte de mailles, Immolation (3 octobre, Foufounes Électriques) offre son death metal aussi subtil qu’un chien dans un jeu de quilles. Impénitent, impitoyable, foudroyant, violent et brutal. Compris? Avec Pathology, eux aussi, fins comme de la soie.

En provenance de Londres, Turbogeist (30 septembre, Abreuvoir), mettant en vedette Jimmy Jagger (eh oui, le fils de l’autre) combine le hardcore punk au trash métal en poussant son moteur à 110 %. À voir dans le« moshpit ».

Plus près de chez nous, Priestess (2 octobre, Katacombes) sans être affreusement agressif représente, avec les bientôt regrettés Despised Icon, l’exportation lourde montréalaise du moment. Sludge, stoner, hard-rock, mélodique et énergique.

Pesant, incisif et en français, inimaginable? Le Kraken prouvera le contraire. Intensité et profondeur nourrissent le post-metal-hardcore-punk de ce quintette montréalais. Simplement puissant!

Aussi à surveiller : Indian Jewelery, Devils Eyes, Grand Trine, Les Savy Fav, Red Mass, BCASA et plusieurs autres groupes qui déménagent.

Pour ménager la sensibilité de l’ouïe lors de ces concerts, porter le bouche-oreille est fortement conseillé. Sinon, osez la faire saigner.

Photographie d’Atari Teenage Riot par l’utilisateur Flick : Tmoose.

23 septembre 2010

Copier/Coller de la journée

Le GAMIQ dévoile ses nominations 2010
Montréal, mercredi 22 septembre 2010 - Le Gala Alternatif de la Musique Indépendante du Québec (GAMIQ), présenté par enMusique.ca, dévoile aujourd'hui les nominations de son édition 2010.

Cette année, ce sont 72 artistes qui récoltent une mise en nomination au GAMIQ. Ces nominations sont réparties parmi vingt catégories, dont les quatre nouvelles Album Électro Rock de l'année, Chanson de l'année, Vidéoclip de l'année et Étoile montante de l'année. Vous pouvez consulter la liste des nominations sur le nouveau site Internet du GAMIQ au www.gamiq.net.

Les nominations ont été déterminées pour une première fois par des jurys spécialisés, formés de journalistes (journaux, radios, TV, web), de gérants de magasins de disques et de programmateurs de salles de spectacles et de festivals en provenance de partout au Québec, tant anglophones que francophones. Après compilation de leur bulletin de vote rempli de façon individuelle, les cinq choix qui ont récolté le plus de votes dans chaque catégorie ont été retenus pour déterminer les nominations de cette année.

La participation du public débute maintenant
Le public peut se rendre dès maintenant au www.gamiq.net pour soumettre son vote dans les catégories Artiste de l'année, Spectacle de l'année, Chanson de l'année, Révélation de l'année, Étoile montante de l'année et Vidéoclip de l'année. La participation totale du public comptera pour 50% du vote final, l'autre 50% étant déterminé par les jurys spécialisés de ces catégories. Les lauréats des autres catégories seront déterminés uniquement par les jurys spécialisés. Le vote se termine le vendredi 22 octobre 2010 à 23h59. Un seul vote par personne sera accepté pour toute la période de votation.

Le comité organisateur du GAMIQ 2010 profite de l'occasion pour remercier ses précieux partenaires: enMusique.ca, XM Radio Satellite, la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), D-Tox, la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN), Artisti, la Brasserie McAuslan, Eska, Fontaine Santé, Solotech, Webcargo, Urbania, La Vitrine, Coup de cœur francophone, le Salon de la musique indépendante de Montréal, M pour Montréal, le Musée du rock'n'roll du Québec et Productions La Bête Rouge.

Les lauréats seront dévoilés le dimanche 14 novembre 2010 au Studio Juste pour rire (2109 boulevard Saint-Laurent, Montréal).


Liste des nominations du GAMIQ 2010

Artiste de l'année présenté par Artisti
Bernard Adamus
Fred Fortin
Misteur Valaire
Plants and Animals
Radio Radio

Spectacle de l'année
Bernard Adamus
Misteur Valaire
Radio Radio
Random Recipe
We Are Wolves

Auteur-compositeur de l'année présenté par la SOCAN
Bernard Adamus
Fred Fortin
Le husky
Navet Confit
Sean Nicholas Savage

Chanson de l'année
Ave Mucho / Misteur Valaire (feat. Bran Van 3000)
Bobbie / Fred Fortin
Dekshoo / Radio Radio
La maison hantée / Le husky
La question à 100 piasses / Bernard Adamus

Révélation de l'année
Bernard Adamus
Meta Gruau
Monogrenade
Royaume des Morts
Sean Nicholas Savage

Étoile montante de l'année
Alex Nevsky
Gigi French
Moussette
Philémon Chante
Random Recipe

Vidéoclip de l'année
Dekshoo / Radio Radio
Duet Tacet / La patère rose
Havin' my Baby / Think About Life
Holding Hands / We Are Wolves
La question à 100 piasses / Bernard Adamus
Méduses / numéro#

Album Chanson de l'année
Cannelle / Gigi French
Leaving Home / Colin Moore
Les Sessions Cubaines / Philémon Chante
Plastrer la lune / Fred Fortin
Tempête / Ève Cournoyer

Album Électro de l'année
Breaking The Fourth Wall / Guillaume & the Coutu Dumonts
Calcul désintégral / 011
Golden Bombay / Misteur Valaire
Mondrian Owns Geometry / Maxime Robin
Running High / Poirier

Album Électro Rock de l'année
100% / The Slew
Invisible Violence / We Are Wolves
Le choc du futur / Oromocto Diamond
Ouh Ouh Ah! / Les Handclaps
Tendre et mauve / Meta Gruau

Album Expérimental de l'année
Aftermath / thisquietarmy
Black Feelings / Black Feelings
Existe / K.A.N.T.N.A.G.A.N.O.
Geidi Primes / Grimes
Quatre à quatre / Millimetrik
Union of Irreconcilables / Menace Ruine

Album Folk/Country de l'année
Brun / Bernard Adamus
Inland / Leif Vollebekk
Placard Macbeth / Dany Placard
Sweet as Pie / Lake of Stew
The Parade / Camaromance

Album Hip-Hop de l'année
Belmundo Regal / Radio Radio
Chillage Extrême / Jeune Chilly Chill
Crime d'honneur / Manu Militari
Diasporama / Karma Atchykah
La boîte noire / Dramatik

Album Indie Rock de l'année
Homeless / Final Flash
La La Land / Plants and Animals
LP3/Papier-vampire / Navet Confit
Record in a bag / Hollerado
The Besnard Lakes Are The Roaring Night / The Besnard Lakes

Album Métal/Hardcore de l'année
Bangers / Barn Burner
Day of Mourning / Despised Icon
Exalt / Le Kraken
Infini / Voivod
Prior To The Fire / Priestess

Album Pop de l'année
Bouquet of Might & Fury / Courtney Wing
If you want me to, I will / like Elliot did
La fuite / Le husky
Ma bête fragile / Francis d'Octobre
Movin Up In Society / Sean Nicholas Savage

Album Punk de l'année
Devil Eyes / Devil Eyes
Jo-Anne chante / Les Sprates
Sonic Avenues / Sonic Avenues
Versitis Maximus / Trigger Effect
Zombie Nation / The Brains

Album Rock'n'Roll de l'année
$ / Mark Sultan
Free All Psychic Centers / Grand Trine
Git High Tonite! / Bloodshot Bill
Invisible Girl / The King Khan & BBQ Show
Sein noir sein blanc / Sunny Duval
Spread Your Wings / The Mockin' Birds

Album World de l'année
A Me 'Dis / Jah Cutta
Hay que subir / Hombre
Kinda Roots / Apadooraï
Peindre la GIRAF / Mad'MoiZèle GIRAF
Soy Panamericano / Roberto Lopez Project

DVD de l'année
Tatsumaki: Voivod Japan 2008 / Voivod
WD-40: Né pour être sauvage / WD-40
XX metal / Anonymus

21 septembre 2010

Karkwa remporte le Polaris

Félicitations à Louis-Jean Cormier et sa troupe, premier groupe francophone à remporter le prestigieux prix remis hier soir. Photographie par Jimmi Francoeur.

15 septembre 2010

Caribou : Au National, le 16 septembre

CaribouAu début mai dernier, Caribou, alias Dan Snaith, feu Manitoba, enflammait le cabaret La Tulipe avec une prestation où s’entrelaçaient aux compositions des improvisations techno, disco et house. Moins de six mois plus tard, le docteur en mathématique revient ce jeudi pour une troisième fois dans la métropole. De prime abord, on serait tenté de croire que le musicien allonge la sauce. Mais, que voulez-vous? Le ragoût du Caribou goûte si bon à l’oreille, qu’on en redemande.

Tentant de s’éloigner du mur de son pop-psychédélique du « Polarisé » Andorra, Swim (aussi en lice cette année pour la prestigieuse récompense) puise son inspiration dans la piste de danse. Au cours de la dernière année, Snaith fit office de disk-jockey dans nombreux clubs sur la planète. Il opéra, notamment, la console du Jupiter Room en juillet dernier. Reconnu pour une exécution dernière les platines éclectique et précise, l’artiste, qui mixe, souvent à toutes vitesses, tous les genres musicaux, ramène avec son album paru plus tôt cette année un son résolument plus dansant. En concert, le chef d’orchestre et ses instrumentistes donnent à son répertoire des allures de véritable transe.

Notez que les spectateurs présents au concert de demain soir pourront se procurer un album double, format vinyle, enregistré en concert lors du festival new-yorkais All Tomorrow's Parties de septembre 2009. Faites vite. Il ne reste qu’une poignée de rares billets.

Caribou;
The Russisant Futurists;
16 septembre 2010;
Le National (1225, rue Sainte-Catherine Est);
22 $ à l’avance et à la porte (s’il reste des places).


Photographie de Dan Snaith par David Shankbone.

03 septembre 2010

The Melvins : ce soir on danse... pas

The MelvinsBrève entrée en catimini de dernière minute, par abus de procrastination ou trop plein de masturbation, c'est selon, pour souligner le passage ce soir des puissants Melvins au Club Soda. Formé par Buzz, King Buzzo, Osborne dans l'état de Washington en 1983, soi-disant parrain du grunge, le quatuor n'a toujours refusé les compromis, insensible aux médias de masse ni aux courants grand public. Inclassable parmi les implacables, The Melvins se plaît aux styles interchangeables. Punk, hardcore, sludge, métal, grunge (eh oui), expérimental, avant-garde, presque pas écoutable, nommez les... tout, sauf de la musique dansante bonbon. Le tout fait avec beaucoup de son. Les bouchons? À prescrire. Si Olivier Lalande, journaliste de la scène locale au Voir et critique extraordinaire au Nightlife.ca, qui a probablement vu des milliers de concerts, avoue être sorti en plein milieu d'un spectacle donné par le groupe pour reposer ses oreilles, c'est tout dire.
Avec Trung Hoa.

The Melvins;
Trung Hoa;
Ce soir, 3 septembre 2010;
Club Soda (1225, boulevard Saint-Laurent);
28 $ à la porte.


Photographie fournie par Evenko.

22 août 2010

Titus Andronicus, ce soir au Il Motore

Titus Andronicus
Nommé d’après la tragédie de Shakespeare, Titus Andronicus revient ce soir à Montréal après un passage inaperçu au défunt Green Room en avril dernier. Le quintette originaire du New Jersey, mais établi à Brooklyn, rapplique toutefois avec une renommée grandissante. Le magazine Rolling Stones l’a qualifié d’un des sept meilleurs nouveaux groupes de 2010. Sans parler de Pitchfork qui se pisse dessus après lui avoir affublé l’étiquette de meilleure nouvelle musique et l’avoir invité à son fameux festival estival de musique dans le vent. La rumeur précédant leur deuxième album n’est cependant pas qu’un vulgaire feu de paille. The Monitor figurera sans doute au palmarès de fin d’année de nombre d’experts et d’analystes de la scène musicale. L’opus inspiré par la Guerre de Sécession aux États-Unis se veut simplement épique avec ses pièces excédant souvent les sept minutes. Complexe, tout en étant accessible, mélodique, sonique et profondément accrocheur, The Monitor regorge d’influences, passant de Dropkick Murphys à Dinosaur Jr. Sans contredit l’un des albums rock par excellence de 2010. À voir dans l’intimité du Il Motore, car si le groupe poursuit sur sa lancée et que leur troisième gravé s’avère d’aussi bonne qualité, nous croyons qu’il ne fréquentera guère longtemps les salles d’aussi petite taille.

Titus Andronicus;
Free Energy
Ce soir, 22 août 2010;
Il Motore (179 Jean-Talon Ouest);

15$.


Photographie par l’utilisateur Flickr vanshnookenraggen tirée de la page MySpace du groupe.

01 août 2010

Boires et déboires à Osheaga

Jimmy CliffÀ boire : Le soleil au rendez-vous, le passage à la table d'accréditation se fait en douceur. Une longue file d'attente au guichet présage, qu'à sa cinquième édition, Osheaga se révèle rentable finalement et qu'il reviendra en 2011. S'installent le décor et l'ambiance d'une première journée déjà couronnée de succès. Le festivalier s'arme de patience. Beautés, masculines et féminines, foisonnent et resplendissent. Fringuées, nippées stylées, nommez-les. L'ami échappe à la fouille des sacs et faufile en catimini une flasque d'un élixir interdit.

Déboire : Owen Pallett - Sa pop de chambre champ gauche lyrique séduit à merveille dans la noirceur d'une intime salle de concert. À l'extérieur, la faiblesse du son se perd dans la végétation environnante de la scène verte. Edward Sharpe & The Magnetics - Pour les organisateurs et les régisseurs qui préfèrent probablement que le groupe ne joue pas cette dernière chanson alors qu'on leur sonne d'arrêter puisque leur temps écoulé. Tant pis, la foule en redemande. Et le groupe s'exalte.

À boire : Jimmy Cliff - Après une dizaine de prestations plutôt beiges et ternes, Jimmy Cliff foule la scène. Figure emblématique du reggae aux côtés de Bob Marley, le sexagénaire est charismatique, sa voix puissante et claire. La sonorisation impeccable laisse les lignes de basse ronronnées. Il reprend Wild World de Cat Stevens (ou Yusuf Islam) et d'autre succès commerciaux des années 80. Le soleil rayonne. Des odeurs de cannabis flottent dans l'air. Premier moment fort de la journée.

Déboire : Être le seul gars parmi les filles dans la fille d'attente des toilettes alors qu'il y a plusieurs urinoirs de libres. Signe apparent qu'il est mûr pour un numéro deux. Aucune toilette portative autour de la scène verte, ni bar non plus. Léger problème logistique. La flasque de l'ami qui se répand avec fatalité dans son sac. Une chemise qui s'y trouvait s'imbibe et sent le lendemain de vieille. À défaut de pouvoir boire le philtre, tirer une inhalation dans la chemise. Relent d'alcoolisme. Payer cinq dollars pour manger des entrailles de porc transformées pour éviter d'attendre au gentil végétarien.

À boire : Mary-Anne Hobbs - DJette qui, jusqu'à tout récemment, tenait le micro à la BBC. Exploratrice des basses fréquences. Grime, garage, 2-step, dub-step avec sex appeal en plus. Ramenez-la à MUTEK ou au Piknic (un vrai cette fois).

Déboire : Keane - Est-ce qu'il y a vraiment quelqu'un qui écoute ça?

À boire : Le retour de Pavement qui défie la mort et rapplique avec son rock indé profondément ancré dans les années 90. Ludique, indolent, presque flemmard. Un spectateur connaît les paroles de chaque chanson. Il chante à l'unisson avec Stephen Malkmus. Nul doute, il attendait Pavement depuis longtemps.

Déboire : L'idiot qui lance un plein verre de bière au visage de Malkmus.

À boire : The National - Sombre et majestueuse, grandiloquente et grandiose, la troupe menée par la ténébreuse voix aux accents graves de Matt Berninger éblouit une foule qui l'attendait. Rock à l'intensité mesurée, mélancolique, mais dynamique, l'ensemble peuple un univers unique et prouve son originalité manifeste. The National, le violet vous va si bien.

Déboire : Robyn - Arrivée sur scène avec une demi-heure de retard pour finalement pousser quelques hymnes dansants aussi captivants que les déboires de Lindsay Lohan avec la justice.

À boire : The Unsettlers - Groupe locale qui gagne à être connu. Ambiance cabaret et foire de cirque. Influences de Tom Waits, Man Man et autres burlesques. Un fakir sur lequel on lance des dards et un avaleur de sabres pour ajouter au freak show.

À boire : Arcade Fire - Enfants chéris de la foule, exportation musicale montréalaise par excellence, le groupe généreux puisent dans son répertoire n'hésitant pas à piger dans son admirable Funeral. Inutile de chercher de midi à 14h pour comprendre la popularité du groupe. Feux d'artifices inclus. Poignant!

À boire : Ça continue aujourd'hui!The NationalPhotographies par Tim Snow, gracieuseté d'Osheaga.

23 juillet 2010

Bob Log III : Scotch et poitrine sur glace

Bob Log IIIC'était au tournant du deuxième millénaire, en 2000, 2001 ou 2002, je ne m'en souviens plus. Le souvenir du bug de l'an 2000 s'effondrait aves les tours jumelles et le cataclysme annoncé par une banale défaillance technologique s'incarna en interminable guerre contre la terreur terrorisante de la différence. J'arrivai sur l'avenue du Mont-Royal, au défunt Jailhouse Rock Café, où a maintenant pignon sur rue le... la... rien, finalement! C'était en février, en août ou en octobre. De ça non plus, je ne me souviens plus. De ce qui allait suivre, par contre, le souvenir reste indélébile. En centre du plancher de danse de l'autrefois fameux bar rock, croupissaient une chaise de bois, une grosse caisse esseulée, une cymbale et une boîte à rythme. En moins de temps qu'il n'en faille pour charger un fusil, Bob Log III enjamba la chaise accoutré d'une combinaison d'homme-canon, d'un casque de moto dans lequel, en guise de micro, était encastré un combiné de téléphone et d'une silvertone archtop, cette bonne vieille guitare steel. Sans faire de test de son, outre quelques vulgaires tapotages de la grosse caisse, quelques glissades d'accords et quelques inaudibles jérémiades dans un casque argenté, l'homme-orchestre, telle une attraction de cirque, déferla comme un train à l'orée du déraillement un bluegrass crasseux et impétueux. Quelques 45 minutes plus tard, alors que Bob Log III quittait le plancher de danse, moi et les 30 spectateurs amassés autour de la chaise abandonnée, restions estomaqué par la fraicheur de l'expérience vécue.

Depuis, quelques dix ans plus tard, l'Evel Knievel du Delta blues a tourné en Island, au Japon, en Australie, dans son Amérique natale et au-delà, à raison de plus de 150 concerts par année. Il attire de plus grandes foules, faisant participer l'audience plus que jamais. Lui demandant de s'asseoir sur ses genoux quand il tape du pied, la laissant remuer grâce à sa poitrine, de préférence celle des femmes, son scotch sur glace. Avec des titres de chansons aussi éloquents que Clap your tits, Boob Scotch et autres débilités, impossible de suggérer que Log donne dans la subtilité. Néanmoins, pour quiconque à sa première fois, la performance du freak show demeure au final rafraîchissante et hilarante.

Bob Log III
The Heavy Hands
Ce soir, 23 juillet 2010
Il Motore (179 Jean-Talon Ouest)
15$ à l'avance et à la porte


Photographie non créditée tirée du site web de Bob Log III.

22 juillet 2010

Heavy MTL : Poids lourd

MegadeathLe festival Heavy MTL revient après une pause d'un an et présente ce week-end au Parc Jean-Drapeau une deuxième édition des plus musclées. La programmation de cette année consolide la place sur l'échiquier de la musique lourde de Montréal, fière d'une tradition « métaleuse » profondément encrée dans la province et qui dépasse ses frontières. Qui plus est, Heavy MTL donne à la métropole un festival métal digne de ce nom qui n'a rien à envier à d'autres fameux festivals, comme le Wacken Open Air en Allemagne par exemple. Avec 34 groupes sur deux jours, alors que samedi se consacre davantage aux vieux de la vieille et dimanche fait revivre le nü-metal, le metal-core et autres death-core, voici quelques incontournables.

D'abord samedi 24 juillet, le fait saillant de cette édition : Megadeath et Slayer qui s'amènent finalement après avoir remis à deux reprises leur tournée Canadian Carnage. Comme si leur présence seule ne suffisait pas, les groupes célébreront le vingtième anniversaire de leurs albums cultes respectifs : Rust in Peace et Season in the Abyss. Actif depuis presque 30 ans, Slayer, avec Kerry King et son bracelet de clous en tête, demeure l'un des groupes métal les plus impitoyables qui soient. Avertissement : Le head banging excessif peut causer le déplacement de vertèbres cervicales. Alice Cooper, père fondateur du métal aux côtés de Black Sabbath, aura la tâche de garder la foule réveillée entre les deux. À voir aussi samedi Rob Halford (de Judas Priest), le speed metal de Testament et Anvil, le sludge de High on Fire qui débutera la journée en force et Mastodon, sans contredit le groupe de l'heure sur la scène métal. En cinq albums seulement, le groupe d'Athens en Georgie a su se réinventer continuellement et redonner au genre cette touche de progressif et de classic rock qui fit école à une certaine époque.

Le dimanche 25 juillet s'avère la journée la plus chargée alors que 20 groupes fouleront les planches des trois scènes aménagées en conséquence. Ce qui frappe d'emblée? Le retour de Korn qui vient de faire paraitre Remember who you are. Est-ce que la horde de fan suivra? À suivre... Rob Zombie qui, à défaut d'offrir maintenant des disques de piètre qualité, propose toujours des concerts haut en couleurs. Avenged Sevenfold se déchainera en mémoire de James Owen Sullivan, son batteur décédé en décembre. Les toujours efficaces Alexis on Fire. Et, l'ultime concert à Montréal de Despised Icon? Le groupe montréalais annonçait plus tôt cette année qu'il mettrait fin à dix ans d'activités à la fin de l'année. Gageons que les gars de Despised Icon auront la décence d'offrir à leur public montréalais un véritable concert d'adieux.

Heavy MTL
Artistes variés
24 et 25 juillet 2010
Parc Jean-Drapeau


On consulte la programmation au : www.heavymtl.com.

Photographie de Megadeath par Stephanie Cabral.

09 juin 2010

Suoni Per Il Popolo : Sonique populace

Quintron & Miss Pussy Cat Suoni Per Il Popolo
Les musiques d'avant-garde et expérimentales demeurent profondément encrées dans l'underground culturel à l'abri de l'oreille des courants populaires peu habituée. Drone, ambient, electronica, free jazz, post-rock, metal et autres bruits, se diffusent rarement sur les ondes des médias dits commerciaux. Au petit bonheur du fana de ce créneau, parfois chauvin et peu enclin à partager ses préférences. Depuis 26 ans à Victoriaville, le FIMAV (Festival de musique actuelle de Victoriaville) tente, tant bien que mal, de démocratiser les musiques implacables. Mais force est de constater, celles-ci ne s'adressent pas à tous les auditoires. Et c'est pour le mieux. Depuis dix ans maintenant, les Suoni Per Il Popolo (des sons pour le peuple) présentent la crème de la musique expérimentale. Bien qu'écourtée de 27 à 17 soirs, la programmation de ce dixième anniversaire s'annonce aussi exigeante, intransigeante et inexorable qu'à l'accoutumée. Tant les figures emblématiques de la scène avant-gardiste contemporaine que les jeunes loups en émergence fouleront les planches de la Sala Rosa, la Casa Del Popolo et du Il Motore. Quelques artistes à surveiller.


Dès ce soir, le trio autrichien Radian propose une improvisation électro-acoustique élaborée à partir de strates auditives microscopiques. C'est-à-dire ces sons distants, tels le bruissement d'une brosse métallique sur une peau de tambour ou le coup sec et rapide d'une prise entrant dans la douille d'un circuit commuté, qui s'entendent avant que la musique résonne. Sinon, AIDS Wolf, maintenant en formule trio, pulvérisera par son agression bruyante la Casa.

Demain soir, jeudi 10 juin, Emeralds, qui a récemment fait paraître le remarqué Does It Look Like I'm Here? (sous étiquette Editions Mego), propose sa musique drone et ambiante à la Casa. Ce concert donné par un des chefs de fil dans le genre pourrait s'avérer un des faits saillants de l'édition vingt-dix des sons. Le même soir, William Parker, figure de proue de la scène jazz expérimental, se produira au dessus du restaurant Espanol (Sala Rosa).

Samedi 12 juin, une performance fort anticipée des puissants Oneida est au menu de la Casa. Rated O, épique opus paru en 2009 (sous étiquette Jagjaguwar) figura au palmarès de fin d'année de plusieurs. Mais, c'est en concert qu'on dit de la bête qu'elle hurle à pleins poumons. De l'autre côté de la rue, à la Sala, No Fun Productions (de Brooklyn) présentent, entre autres, Hair Police (mettant en vedette des membres de Wolf Eyes) et Oneohtrix Point Never. Pensez à Vangelis, sans le fromage. Une soirée qui s'annonce ambiante, bruyante, à percer les murs du son. Beau sur papier! Bon en direct? À suivre... Au Il Motore, tUnE-YarDs, étonnant petit groupe local À découvrir.

Dimanche le 13, William Basinski, maître des boucles analogiques attendu à Montréal depuis des lunes, se donnera à la Sala.

Vendredi prochain, 18 juin, Quintron ramène son orgue à 500 chevaux-vapeur en compagnie de Miss PussyCat. Boogey du bayou, rockabilly déjanté et festif. Incontournable. En compagnie de Health de Los Angeles et leur son synthétique brut, qui feront leur première montréalaise.

Dimanche 20 juin, Wavves revient à Montréal, moins d'un an après sa dernière visite. Renouveau grunge, pop lo-fi, intoxication et fiasco scénique. Tout cela pourrait se produire.

Fait saillant incontesté de cette dixième édition des Suoni : l'ultime concert de Isis, mercredi 23 juin. Pionnière du post-metal, influence intarissable du post-rock, la troupe, qui donna son premier concert en carrière à Montréal en 1997, annonçait en mai qu'elle se retirait. On peut d'ors et déjà parler d'ère post-Isis. Va y avoir de l'émotion de l'air. Avec Cave-In, dont le dernier maxi Planet of old (Hydra Head) et l'excellente Retina see rewind bottent solidement des derrières.

Spectacles à petit prix, découvertes garanties, vive les Suoni. Les détails de cette touffue programmation; à consulter au : suoniperilpopolo.org.

Photographie de Quintron sans Miss PussyCat tirée du site web du groupe.

05 juin 2010

Senior Coconut : Foco latino

Senior Coconut
Grand soir de grande première à MUTEK, alors que Senior Coconut présente la seule et unique prestation en Amérique du Nord de sa tournée Around the world lors d’un grand concert gratuit présenté sur la Place des festivals. L’événement se veut rassembleur et témoigne du désir du festival de massifier la musique électronique, souvent jugée atone, austère et élitiste.


Né en Allemagne, puis établi au Chili depuis dix ans, Uwe Schmidt s’est fait connaître sous le diminutif AtomTM, où il explorait davantage l’aspect minimal et glacial de la techno. En 1996, il forme Senior Coconut, qui revisite à la sauce latine certains succès de la pop passant de Prince à Michael Jackson, mais aussi ceux des ténors de l’électro, qu’on songe à Kraftwerk ou Daft Punk. Ludique et enjouée, la musique de la noix de coco ne se prend pas au sérieux et ajoute cette once d’humour qui fait tant défaut aux fameux concerts de laptop. Neuf musiciens se partageront la scène : cuivres, contrebasse, percussions, vibraphone, et chanteur, sous la direction d’el señor lui-même. Et ce, beau temps, mauvais temps.

Senior Coconut;
Le Golden;
Samedi 5 juin, 21h;
Place des festivals (métro Place-des-Arts);
Gratuit.


Photographie de Uwe Schmidt fournie par MUTEK.

01 juin 2010

MUTEK : Modulations, rythmes et noix de coco

MUTEK est de retour du 2 au 6 juin, aux portes de l'été et fin prêt à ouvrir un mois de juin qui s'annonce chargé sur le plan des festivals. Récipiendaire du 25e Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal, MUTEK entend élever la barre plus haut cette année et relever le défi d'offrir une programmation encore plus pointue que lors de sa première décennie d'existence. À l'affût des nouvelles créations et des artistes les plus actuels, le festival de créativité numérique et de musique électronique met de l'avant une programmation qui s'adresse tant aux néophytes en matière de musique synthétique qu'à ses aficionados. Plus de 150 artistes nationaux et internationaux, 32 premières mondiales, nord-américaines ou canadiennes, répartis en 80 événements, le tout présenté dans six lieux de diffusion au cœur du Quartier des spectacles. Comment alors s'y retrouver dans cette foire gargantuesque qui présente autant de valeurs sûres que de découvertes obscures? Petit guide de survie à la onzième édition.

Plats principaux
Tout d'abord, la série A/VISIONS revient et ramène ses musiques ambiantes biscornues, où l'exploration, l'expérimentation et l'herméticité se partageront la vedette. Dans cette série, présentée de mercredi à vendredi au Monument National, sont incontournables : le retour de Matmos (2 juin) et leur performance créée à partir de pulsations électriques, la rare visite de Caretaker et Nurse With Wound, précurseur du mouvement noise-industriel (3juin). Tim Hecker, Montréalais à l'origine du sublime An imaginary country (paru en 2009 sous l'étiquette Kranky) qui se fait surtout entendre ailleurs qu'à la maison, combinera son talent au non moins apprécié Ben Frost de l'Australie. Ensemble, ils mettront la guitare au service de drones ambiants qui plairont aux oreilles avides de rock expérimental et de noise. À voir samedi 5 juin à la Société des Arts Technologiques (SAT).

Série phare et centrale de MUTEK, NOCTURNE ne cesse, année après année, de gagner en popularité. Parmi les artistes présentés, sont attendus Matias Aguayo (2 juin à la SAT) du label Kompakt et le retour à Montréal de Mouse on Mars (3 juin au Métropolis). King Midas Sound, Ikonika, Actress partagent, entre autres, l'électrisante affiche du NOCTURNE 3 (4 juin) qui se tiendra à la SAT et au Club Soda simultanément. La nuit blanche du NOCTURNE 4 (5 juin au Métropolis) s'annonce funky grâce à la house de Henrik Schwarz, Dixon et une performance en direct de Guillaume Coutu Dumont & The Side Effects. Le festival clora en beauté avec la rare visite du mystique Theo Parrish. Celui-ci, lors de cet ultime NOCTURNE (5 juin à la SAT), promet aux maniaques de la techno de Détroit une soirée qui risque de rester dans les annales du festival.

MUTEK s'associe encore cette année au Piknic Électronik. À entendre sur la place de L'Homme au Parc Jean-Drapeau les 5 et 6 juin : Minilogue, DJ Koze, Paul Kalkbrenner, Nicolas Jaar, Pépé Bradock et bien d'autres.

Du neuf
MUTEK présente cette année deux nouvelles séries. La série EXPÉRIENCE regroupera, du 2 au 4 juin au Monument National, de nouvelles initiatives sonores et installations émanent de la relève musicale montréalaise. Voyez, mercredi 2 juin, la nouvelle entreprise audiovisuelle Gemmiform de Stephen Beaupré. Le lendemain, jeudi 3 juin, Martin Dumais, anciennement des Jardiniers, présente la première mondiale de la performance Black Pyramid de sa nouvelle entité Aun. Preuve que nul n'est prophète en son pays, Dumais reste encore méconnu dans la métropole. Il a pourtant fait paraître neuf albums en trois ans sous son nouveau sobriquet. Maintenant duo appuyé par l'artiste visuelle Julie Leblanc, Aun proposera des tableaux denses aux limites du cauchemar apocalyptique. Vendredi 4 juin, assistez au tour de piste des formations montréalaises Citofono et Jacob & Francis. L'entrée aux concerts de cette série est gratuite. À découvrir.

La série ECTOPLASMES3, présentée en fin de soirée pendant les mêmes dates, au même lieu et au même prix, réunira à l'improviste une trentaine d'artistes qui se livreront à toutes sortes de collaborations croisées et improvisées pour accentuer l'écoute active et créer des propositions musicales fragiles.

Mais, la grande nouveauté de cette onzième édition? Un premier concert en plein air, celui de l'éminent Senior Coconut accompagné par Le Golden (Jean-Phi Goncalves de Beast et Alex McMahon de Plaster), samedi 5 juin sur la Place des festivals. Nous y reviendrons...

Mais encore...
MUTEK, c'est aussi DIGI_SECTION, série d'ateliers et de forums ouverts aux professionnels de l'industrie.

Aussi, pour une deuxième année consécutive, le festival investit le centre-ville avec Extra_Muros. Occasion pour le public d'admirer au cœur de la cité des œuvres d'art numérique plus grandes que nature. Parmi elles, l'intrigante Bloc Jam de Mélissa Mongiat et Mouna Andraos qui utilisent le flanc du pavillon Président-Kennedy de l'UQAM comme toile de fond pour leur installation. « Passants et festivaliers auront l'honneur d'être plus que de simples spectateurs puisqu'ils transforment les projections vidéo de Bloc Jam à l'aide de leur téléphone cellulaire pour créer des vibrations rythmiques qui sont ensuite traduites en ''chants'' de couleurs sur le mur. »

Pour décortiquer les détails de l'opulente programmation, une visite au mutek.org s'impose.

Cette année encore, MidnightPoutine.ca vous invite à suivre dans ses pages cet éclaté festival de « zigue » synthétique. Faites-nous part de vos coups de cœur et coups de gueule.

30 mai 2010

Piknic Électronik : Panier bien garni

L’épik derrière le Piknic Électronik dressait, dimanche dernier, la table pour une huitième saison de musiques éclectiques endimanchées sous L’Homme de Calder au cœur du Parc Jean-Drapeau. Depuis sa création en 2003, où le sympathique événement réunissait à la bonne franquette quelques centaines d’adeptes de house music, le Picnik s’est littéralement transformé en véritable happening dominical rassemblant des milliers de participants, du fêtard encore sur le « high » du samedi soir, au danseur invétéré, passant de l’adonis en bedaine, jusqu‘à la petite famille panier sous le bras. Devenu par la force des choses un incontournable du paysage culturel estival de Montréal, le Piknic aura atteint son objectif de démocratiser la musique électronique et de la sortir de la culture de club. Mais, la transition de l’underground au mainstream ne se sera toutefois faite sans heurt.


À l’aube de la nouvelle saison, suite à de fâcheux incidents causés pas des fêtards éméchés l’année dernière, la direction du Piknic prenait la décision d’interdire aux « pikniceurs » d’apporter leur alcool sur le site du Parc Jean-Drapeau. Devant le tollé soulevé sur le Web par cette décision, l’organisation dut réviser sa position et accepter une quantité d’alcool limitée pour accompagner le pique-nique. Mais attention, une barre granola et un sac de peanuts ne constituent un pique-nique digne de ce nom.

Du côté de la programmation, le Piknic ne se tarit pas de sa diversification et de son audace. En plus d’accueillir cette année des artistes comme Pépé Bradock, Krafty Kuts, Elite Force qui en seront, entre autres, à leur premier passage au Canada, les têtes d’affiche s’exécuteront plus tôt dans la journée. Le Piknic fera également une place de choix aux artistes locaux et nationaux, sélectionnés en collaboration avec Bande à Part, grâce au retour de la scène STM. Au menu : 105 artistes en provenance de huit nations. Quelques Piknics à ne pas manquer : le 5 et 6 juin, MUTEK au Piknic avec Paul Kalkbrenner, Popof, DJ Koze et plusieurs autres. Piknic à Osheaga le 31 juillet et premier août (réservé aux détenteurs de billets d’Osheaga) avec Mary-Ann Hobbs. Damian Lazarus le 29 août. Ninja Tune au Piknic le 4 septembre. Et Pop Montréal au Piknic le 3 octobre

Le Piknic se déroule les dimanches, du 23 mai au 3 octobre, de 14h à 21h, sur l’Île Sainte-Hélène, métro Jean-Drapeau. On consulte la programmation au piknicelectronik.com.

05 mai 2010

Man Man en concert gratuit samedi

Belle occasion d'en fumer un et d'assister au concert gratis des déjantés Man Man. Malheureusement, on annonce de la pluie. L'événement FaceBook, ici.

04 mai 2010

Le Festival de Jazz annonce sa programmation en salle

On s'excite pour : Gil Scott Heron le 25 juin au Club Soda, Spank Rock et Kid Koala au Métropolis le 26 juin, The Roots (c'est chère) aussi au Métropolis le 30 juin, John Zorn au Théâtre Maisonneuve le 1er juillet, Anti-Pop Consortium au Soda le lendemain, Gipsy Kings (oui, oui) le 3 juillet à la Salle Wilfrid-Pelletier, et Holy Fuck (en passant, le nouvel est pas si mal) le 5 juillet aussi au Soda.

La programmation complète sur le site du festival.

ELEKTRA : Immersion numérique

Elektra Montreal
Fier gagnant, en mars dernier, du 25e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal (aux côtés de MUTEK), le festival international d’arts numériques Elektra franchit sa première décennie et propose, du 5 au 9 mai, davantage d’œuvres technologiques atypiques. Démonstration iconoclaste au service de la création numérique d’avant-garde, Elektra se donne le mandat de présenter des artistes singuliers, des technologies pluridimensionnelles, des talents émergents, prometteurs, comme établis sur la scène locale et internationale. Faits saillants de l’édition vingt-dix.


En préouverture, le 5 mai, une soirée électroacoustique à l’Usine C. Sylvain Pohu et Jean Piché présentent leurs créations respectives : Beat et K’anchay. Au menu des compositeurs et improvisateurs : vidéo percutante, rythme singulier, instrumentation traditionnelle, poésie et orchestration hybride et innovatrice. « Les œuvres seront interprétées et créées en collaboration avec l’ensemble de percussions Sixtrum. »

« Pour honorer sa grande soirée d’ouverture jeudi 6 mai, Elektra reçoit Herman Kolgen et le duo Purform, deux entités créatrices hypnotisantes. La plus récente version d’Abcd light de Purform fusionne les ondes sonores des percussions et la lumière : une quête formelle complexe et éblouissante. Elektra11 vous offre aussi en première nord-américaine, la performance A/V Dust de l’artiste Herman Kolgen. Inspiré du photographe Man Ray, Kolgen a créé une expérience tout en poussière et en magnétisme, à la limite du visible et de l’invisible. »

Le 6, 7 et 8 mai, l’artiste Edwin van der Heide présente Laser Sound Performance, la très grande et attendue vedette de l’Elektra nouveau. Une performance immersive où projection de lasers et diffusion d’ondes sonores créent un environnement tridimensionnel qui affecte la perception sensorielle.

Vendredi 7 mai, l’américain Blake Carrington « radiographie les secrets architecturaux des cathédrales lors de sa performance Cathedral Scan.» Herman Kolgen présente sa mouture 0.02 d’Inject : « l’odyssée neurosensoriel d’un corps humain prisonnier et graduellement submergé » présentée dans le passée à MUTEK et à Berlin. Finalement, les artistes Cécile Babiole, Jean-Michel Dumas et Vincent Goudard livreront Donjon : « une joyeuse déconstruction technologique, domestique et fantasmatique de la culture populaire.»

Samedi, l’influente étiquette berlinoise Raster-Noton revient à Montréal pour présenter le dernier né de son écurie : Grischa Lichtenberger. Comparé à Autechre, Lichtenberger prévilégie une approche qui déconstruit et torsade les rythmiques nerveuses de la musique électronique. L’accompagneront, Aoki Takamasa, Mika Vainio et Byetone, cofondateur de la mythique étiquette de disque.

Elektra, c’est aussi une foule de présentations vidéo, d’installations et de lancements dont plusieurs se déroulent à la Cinémathèque Québécoise. Le Marché International de l’Art Numérique, volet de rencontres professionnelles, se tiendra cette année pour une quatrième édition.

Pour connaître la programmation complète, visitez le site d’Elektra.

28 avril 2010

Mixylodian se déchaîne à l'église

MixylodianTantôt l'initiative personnelle de Miko Bwicker, parfois collectif à neuf têtes de cuivres et de cordes, souvent quatuor masculin et maintenant ensemble mixte de cinq personnes, Mixylodian, lance ce samedi premier mai, son tout premier long jeu. Mixylodi… Euh? Vous dites quoi? Mixylodian! Groupe à géométrie variable (pléonasme indéniable) qui met en scène orchestrations caverneuses de claviers, harmonies suaves où les voix féminines et masculines s’embrassent et échantillons étranges créant une pop intelligente, bruyante, psychédélique, synthétique, mais franchement mélodique. Le groupe plaira à ceux qui affectionnent ses influences nomenclaturées : Clues, Tune-Yards et Telefauna.

Après trois ans d’essais et d’erreurs, Mixylodian, qui a frayé avec les Think About Life et Parlovr de cette ville, présente finalement Wild in Church. Douze morceaux pour épicer sa communion du dimanche ou sa confession du jeudi (les utilisateurs Twitter comprendront). Pour célébrer le tout, le groupe s’accolera de Cotton Mouth, qui réunit des membres de Parlovr, SS Cardiacs qui met en scène des membres des Luyas et Elanor Thompson, qu’on a découvert grâce à Shapes & Sizes, notamment. À noter que pour 15$, vous pouvez vous procurer le gravé de Mixylodian avec votre entrée. Si vous ne pouvez vous déplacer au Divan Orange, le groupe offre son album à télécharger sur son site.

Eleanor Thompson;
Divan Orange (4234, Saint-Laurent);
1er mai 2010;
5$ en pré-vente;
10$ à la porte;
15$ à l’achat de l’album.

Photographie non-créditée tirée de la page MySpace de Mixylodian.

18 avril 2010

Suoni Per Il Popolo 10.0

Suoni Per Il Popolo dévoilait la programmation de sa dixième édition jeudi dernier. Encore cette année, on retrouve de belles choses dans ce festival qui met les musiques expérimentales, improvisées et d’avant-gardes à l’avant-plan. Quintron And Miss Pussycat, Oneohtrix Point Never, le nouveau projet de Roger Tellier-Craig (Godspeed You! Black Emperor, Fly Pan Am, Et Sans), Le Révélateur, Oneida et beaucoup plus. Le festival se déroulera du 6 au 23 juin prochain. Parce que je suis paresseux, je vous copie et colle le communiqué de presse envoyé par l’équipe du Suoni.

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

Le festival Suoni Per Il Popolo annonce sa programmation complète pour sa 10ième édition.

Montréal, Québec, CANADA (13 avril 2010). Le festival de musiques expérimentales, improvisées et d’avant-gardes Suoni Per Il Popolo (des sons pour le peuple), un des plus grands et diversifiés dans son genre en Amérique du nord, est fier d’annoncer qu’il reviendra du 6 au 23 juin 2010 pour sa dixième édition. Lors de la décennie passée, le Suoni Per Il Popolo s'est efforcé de célébrer la musique de la Libération, musique inspirée par la liberté d'expression, l'improvisation et les explorations soniques qui font appel aux aficionados de musique dans le monde entier. La musique de la Libération comprend une vaste collection éclectique de genres qui inclut, mais n'est pas limitée au free jazz, au noise, à l’electronica, à l'art des tables tournantes, aux paysages sonores, au rock expérimental, à l’electronica, à la musique actuelle et au spoken word. Etant donné le contexte au sein duquel la plupart de cette musique est créée et la réaction que cela provoque, c'est aussi une musique qui résonne avec des mouvements sociaux progressifs. Le festival présente à la fois des musiciens établis qui apportent une richesse de tradition, une expérience et une histoire à leur jeu, aussi bien que des artistes plus jeunes de la scène émergente.

Les artistes les plus marquants confirmés pour 2010 comptent le collectif new yorkais mystérieux de musique improvisée No-Neck Blues Band, le créateur prodigieux de paysages sonores William Basinski, le politique pop-punk Ted Leo, les mélodies obsédantes et les sons uniques débusqués de Grouper, les géants de l’instrumental Isis, l’inimitable Quintron And Miss Pussycat, ainsi que le manipulateur de sons enregistrés sur cassettes Walkman Aki Onda (avoué avec son projet Cassettes Memories) et les punks dansants Health. Greg Cartwright revient à Montréal avec son groupe punk rock Reigning Sound pour un concert unique exceptionnel avec The A-Bones (featuring Yo La Tengo’Ira Kaplan) et Bloodshot Bill dans son sillage. Les Brooklynois Oneida nous béniront aussi de leur présence avec une performance exclusive suivant la sortie de leur opus Rated O en 2009, pendant que les New Yorkais Talibam! déclencheront une tempête de free jazz à la rencontre de la musique électronique! Finalement, les artistes du son métaphysique, Emeralds, vous envouteront et vous laisseront sans voix, Frog Eyes vous éblouiront pendant que tUnE-YarDs vous coupera le souffle.

Le Suoni per il Popolo est extrêmement fier de présenter une soirée en collaboration avec No Fun Productions dirigé par le cheval de tête de la musique électronique, avant gardiste et expérimentale Carlos Giffoni, une des plus importantes étiquettes de disques underground. Une nuit d’électronique expérimentale et d’avant rock présentant le projet solo de carlos Giffoni No Fun Acid, le groupe de psyché-noise Hair Police, Religious Knives (né des cendres de Double Leopards), Noveller le projet solo incroyable de Sarah Lipstate (membre de Cold Cave et Parts & Labor), l’exploration sonore de Daniel Lopatin Oneohtrix Point Never, ainsi que le nouveau projet de Roger Tellier-Craig (Godspeed You! Black Emperor, Fly Pan Am, Et Sans), Le Révélateur.

D’autres musiciens aussi remarquables incluent sur le catalogue de cette année dont l’improvisatrice à risque Magali Babin et son projet Natura Sonoris avec Myléna Bergeron, l’oeil de verre et le faiseur de film Karl Lemieux, la violoncellliste Julia Kent (ancienne membre de Rasputina, collaboratrice de Antony and the Johnsons, de Devendra Banhart...), l’artiste visionnaire et musicienne électronique Stellar Om Source, le parisien fou Ghédalia Tazartès, les noise rockers Pengo et Disguises, la pop oblique de DM Stith, Inlets et Silje Nes, une rencontre des esprits avec l’avant-classique tour de force Quatuor Bozzini de Montréal et le pianiste français Benoit Delbecq, la mystérieuse chanteuse avant-folk Kath Bloom émergeant de l’ombre dans le cadre d’une soirée dédiée à l’incroyable Judee Sill (Lopin' Around thru the Cosmos: An Evening of Judee Sill's Music), mettant aussi en vedette vingt-cinq musiciens et chanteuses locaux sous la direction de Will Eizlini (Shalabi Effect).

Pour la deuxième année consécutive, le Festival offre la scène à Little Bang Creations, qui présentera un spectacle mélant dance, musique live, paysage sonore, visuels et récit. La nouvelle création de cette année combine subtilement la musique de Katie Moore à la chorégraphie de Hanako Hoshimi-Caines et Louis-Michel Jackson, ainsi que le son orchestré par Nicolas Basque, les visuels par March Hutchinson et l’histoire par James Irvin. Egalement pour la seconde fois, la participation du Meow Mix qui présente cette année l’héroine Hip Hop de Philadelphie Benni E. Une première cette année est la collaboration entre Dimcoast, MUTEK et le Suoni per il Popolo, en accord avec le Ministère autrichien de la Culture, pour la présentation d'une bande de musiciens réflétant la pointe de la musique électronique autrichienne: des artistes de Thrill Jockey Recording Radian, Christof Kurzmann & Michala Grill, Didi Bruckmayr, NTSC, Dieb 13, et Martin Brandlmayr.

Rejoignez-nous pour célébrer le dixième anniversaire du Suoni per il Popolo et le treizième anniversaire de nos bons amis de l’étiquette Constellation lors d’une soirée d’ouverture, le dimanche 6 juin avec des artistes de l’ancien et du nouveau catalogue de Constellation comme Clues et Hrsta.

Fidèle à sa tradition, le Suoni offrira une solide dose de free jazz avec Ken Vandermark qui nous présente cette année deux projets, son fameux Vandermark 5 et son nouveau, The Frame Quartet, les musiciens de renommée internationale qui composent le trio de Matthew Shipp, Whit Dickey et Mike Bisio. Une soirée unique et incroyable prendra place le 20 juin à la Sala Rossa avec le grand orchestre mythique Globe Unity Orchestra, légendaire ensemble de free jazz créé par le pianiste Alexander Von Schlippenbach en 1968 mettant en vedette Evan Parker, Ernst-Ludwig Petrowsky, Gerd Dudek, Rudi Mahall, Manfred Schoof, Axel Dörner, Johannes Bauer, Christof Thewes, Paul Lovens, Paul Lytton, et bien sur Alexander Von Schlippenbach. Pour conclure, cette édition du Suoni per il Popolo ne serait pas complète sans la participation du bassiste extraordinaire William Parker et du batteur Hamid Drake, accompagné cette année en trio avec le joueur de saxophone légendaire Fred Anderson.

Une série d’ateliers, Tools of the Trade, sera présentée par William Basinski (le 14 juin, horaire à confirmer, au Cinéma Parallèle), Vandermark 5 (le 15 juin à 14h à la Sala Rossa), et Matthew Shipp (le 16 juin à 11h à la Sala Rossa).

Le calendrier des spectacles confirmés du festival est accessible sur le site internet du festival www.suoniperilpopolo.org. Les billets peuvent être achetés à Montréal, à la Casa del Popolo ainsi que dans les magasins de disques Cheap Thrills, l’Oblique, Atom Heart et Phonopolis. Ils sont aussi disponibles par téléphone avec une carte de crédit au 514-284-0122, ou sur www.blueskiesturnblack.com pour certains concerts. Les passeports pour le festival sont au prix de 225$ (avant le 10 mai) et 325$ (après le 10 mai).

Pour plus d’informations allez au www.suoniperilpopolo.org. Contactez Mauro Pezzente, Peter Burton ou Steve Guimond au 514-284-0122 ou info@suoniperilpopolo.com